Pour Louis Aliot, l'entourage de Robert Ménard serait beaucoup plus radical que le FN | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Pour Louis Aliot, l'entourage de Robert Ménard serait beaucoup plus radical que le FN
©

Point de rupture

Pour Louis Aliot, l'entourage de Robert Ménard serait beaucoup plus radical que le FN

Depuis qu'il a commencé la politique, Robert Ménard refuse qu'on le considère comme frontiste. Il a pourtant été élu maire de Béziers grâce au soutien du parti de Marine Le Pen.

Il y a de l'eau dans le gaz entre Robert Ménard et le Front national. Depuis ses débuts en politique, le maire de Béziers, pourtant élu grâce au soutien du Rassemblement Bleu Marine, clame haut et fort que, non, il n'est pas frontiste. Une posture hésitante qui commence à agacer les sympathisants FN, qui voudraient "bien savoir ce qu'il est réellement". Résultat ? Robert Ménard n'a même pas été invité au meeting de Marine Le Pen et de son vice-président Louis Aliot, qui aura lieu ce vendredi soir.

"C'est vrai qu'il y a peut-être une certaine contradiction en disant ‘je ne suis pas Front national’, comme s'il avait en face de lui un épouvantail, tout en prenant à son cabinet des gens qui sont beaucoup plus, beaucoup plus radicaux que ne le sera jamais le Front national", a notamment déclaré Louis Aliot ce mercredi sur France Culture. Une allusion à la nomination d'André-Yves Beck en tant que directeur de cabinet de Robert Ménard. En effet, l'homme est un ancien collaborateur de Jacques Bompard à la mairie d'Orange et un ancien membre, selon Mediapart, des mouvements d'extrême droite Troisième voie et Nouvelle Résistance. Par ailleurs, Robert Ménard a engagé Christophe Pacotte comme chef de cabinet. Ce dernier avait intégré en 2012 le bureau directeur du Bloc identitaire.

Mais l'édile assume parfaitement ses choix. "Ça, les histoires de la droite extrême, ce sont leurs affaires", a assuré l'édile au micro d'Europe 1, ajoutant : "La seule chose que j’ai à vous dire, c’est qu’André-Yves Beck a sûrement dit des bêtises, et même fait des conneries, il y a plus de 20 ans, mais il y a prescription. En ce qui concerne Christophe Pacotte, il était au Bloc identitaire, car avant d’entrer au cabinet, je lui ai demandé de démissionner du parti, ce qu’il a fait. Ce sont des gens qui ont du talent. Il y a autour de moi des gens de toutes les sensibilités". En attendant, la tension est palpable. 

Lu sur Europe1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !