Port du voile : bientôt l’interdiction dans les universités ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Port du voile : bientôt l’interdiction dans les universités ?
©

Nouvelle polémique ?

Port du voile : bientôt l’interdiction dans les universités ?

En 2004, la France a déjà banni de toutes les écoles publiques les "signes religieux ostentatoires" et en avril 2011 le port du voile intégral dans l'espace public.

Un nouveau débat est peut-être en train de naitre. Interdire "dans les salles de cours, lieux et situations d’enseignement et de recherches des établissements publics d’enseignement supérieurs, les signes tenues manifestant ostensiblement une appartenance religieuse", voici la proposition polémique du Haut Conseil à l’intégration (HCI) sous l’autorité du Premier ministre, dans un rapport sur le respect de la neutralité religieuse dans l’enseignement supérieur, réalisé pour l’Observatoire de la laïcité et publié chez nos confrères du Monde.

Ainsi, les étudiantes musulmanes se verraient interdire le port du voile islamique pendant les cours. Le rapport tient à préciser que "le service public de l'enseignement supérieur est laïc et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique".

Cette proposition se base sur le respect du principe de laïcité et notamment sur la loi Savary de 1984 précisant que la liberté d’expression, accordée aux usagers de l’enseignement supérieur, ne doit pas porter atteinte aux activités d’enseignement et à l’ordre public.

Autre proposition du HCI : inclure l’étude du principe de laïcité dans les programmes des formations "débouchant sur un métier des fonctions publiques d'État, hospitalière ou territoriale ou sur un métier des carrières sanitaires et sociales".

Vu sur le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !