Porno et Internet : le droit à l'oubli | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Porno et Internet :
le droit à l'oubli
©

Blanchie

Porno et Internet : le droit à l'oubli

Une institutrice obtient la désindexation d'informations gênantes sur Google.

Depuis novembre 2009 une institutrice, ancienne actrice de porno amateur, demandait à Google la suppression des liens menant vers ses exploits de jeunesse. Sans succès. Le moteur de recherche lui répondait qu'elle devait s'adresser à l'hébergeur de la vidéo. La justice vient pourtant de donner raison à la jeune femme, comme le révèle PC Impact.

La tribunal de grande instance de Montpellier a considéré que Google ne pouvait pas se retrancher derrière son activité d'indexation. La justice a invoqué la loi de 1978 sur la protection des données personnelles :

"Toute personne physique a le droit de s’opposer, pour des motifs légitimes, à ce que des données à caractère personnel la concernant fassent l’objet d’un traitement."

La demande de l'institutrice étant légitime, Google aurait donc dû désindexer les pages en question à partir du moment où elle en a fait la demande. Google s'est exécuté mais à fait appel.

Lu sur PC Impact

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !