Popularité : la cote de François Hollande baisse encore | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Hollande.
François Hollande.
©Pools News/Reuters

Retour de bâton

Popularité : la cote de François Hollande baisse encore

Après le bond du mois de janvier consécutif aux attentats terroristes de Paris, la cote de popularité du chef de l'Etat descend à nouveau.

L'effet de grâce n'aura tenu qu'un mois. Le 19 décembre, au lendemain des attentats de Paris et de la marche républicaine historique, François Hollande obtenait 40 % de bonnes opinions dans un sondage publié par Paris Match, contre seulement 19 % en décembre. A priori, toutes les bonnes choses ont une fin.

Au terme d'une semaine mouvementée pour l'exécutif avec le vote de la loi Macron, François Hollande n'a pas bénéficié de sa stature internationale dans la gestion de la crise ukrainienne aux côtés d'Angela Merkel. La cote de popularité du président de la République repart à la baisse : il perd 5 points pour atteindre les 24 % d'opinions favorables dans le baromètre Ifop pour le Journal du Dimanche.

François Hollande, malgré sept points de perdus, profite toujours du soutien majoritaire des sympathisants socialistes qui à 66 % approuvent les actions du chef de l'Etat. La dégringolade est toutefois spectaculaire à droite, particulièrement au centre. Si le président perd 9 points chez les sympathisants de l'UDI et 8 du côté de l'UMP, la sanction vient du Modem avec une chute de 20 points.

Manuel Valls, de son côté, résiste. Malgré sept points de perdus, le Premier ministre obtient 46 % de bonnes opinions. Il conserve même 83% de satisfaction parmi les sympathisants socialistes. Et même s'il chute de 15 points chez les proches de l'UDI et de 13 points parmi l'électorat UMP, il dénombre 40 et 34% d'opinions favorables par ces électeurs. 

Lu sur le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !