Polémique à Auxerre : une école attribue des colliers avec une pastille rouge pour les élèves ne mangeant pas de porc | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Polémique à Auxerre : une école attribue des colliers avec une pastille rouge pour les élèves ne mangeant pas de porc
©Reuters

Une pastille en travers de la gorge

Polémique à Auxerre : une école attribue des colliers avec une pastille rouge pour les élèves ne mangeant pas de porc

Une élue d’opposition a dénoncé le procédé ce jeudi en conseil municipal, comme le rapporte le site local Creusot-Infos

"Il n’y a aucune volonté de discriminer". La municipalité socialiste d’Auxerre a réondu ce vendredi après avoir été épinglée par une élue de l’opposition lors du conseil municipal, ce jeudi soir. Malika Ounès, élue divers droite, a dénoncé le dispositif mis en place dans l'école primaire des Piedalloues. En effet, pour distinguer les enfants en fonction de leur régime alimentaire, a été décidé de leur attribuer des colliers avec une pastille de couleur. Les élèves ne mangeant pas de porc, un collier avec une pastille rouge et ceux ne mangeant pas de viande, un avec une pastille jaune.

Après la vive polémique qui s'en est suivie, la municipalité a diligenté une enquête administrative visant l’école primaire des Piedalloues. Et de conclure qu'il s'agie d'une "initiative malheureuse" qui visait seulement à aider des enfants de maternelle et de CP à se repérer dans leur menu. Si le dispositif n’a duré qu’une journée, l'élue divers droite avait déjà rendu publique toute l'affaire. "Cela renvoie à des heures sombres". Sauf qu’entre temps, l’élue divers droite a rendu publique l’affaire en plein conseil municipal. "C’est révoltant. Cela renvoie à des heures sombres", a estimé Malika Ounès dans la presse locale. 

Lu sur Creusot-Infos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !