Plusieurs pays dont l'Arabie saoudite et l'Egypte rompent leurs relations diplomatiques avec le Qatar | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Plusieurs pays dont l'Arabie saoudite et l'Egypte rompent leurs relations diplomatiques avec le Qatar
©Reuters

Crise

Plusieurs pays dont l'Arabie saoudite et l'Egypte rompent leurs relations diplomatiques avec le Qatar

Ils accusent le petit Etat de "soutenir des groupes terroristes" et ainsi de déstabiliser la région.

C'est un séisme au Moyen-Orient. L’Arabie saoudite, l’Egypte, les Emirats arabes unis et le Bahreïn ont décidé, ce lundi 5 juin, de rompre leurs relations diplomatiques avec le Qatar. L’Arabie saoudite et le Bahreïn ont aussi décidé de suspende toutes les liaisons avec le pays.

Ryad estime ainsi que le petit Etat pétrolier "soutient les groupes terroristes", une critique qui revient régulièrement contre le Qatar, accusé de jouer un double jeu dans la région. Le pays a d'ailleurs été exclu de la coalition arabe qui intervient au Yémen.

"L'Arabie saoudite a pris cette mesure décisive en raison des sérieux abus des autorités de Doha tout au long des dernières années (...) pour inciter à la désobéissance et nuire à sa souveraineté" a, expliqué un communiqué de l'Arabie saoudite. "Le Qatar accueille divers groupes terroristes pour déstabiliser la région, comme la confrérie des Frères musulmans, Daech et Al-Qaïda." Ryad reproche notamment des propos,a attribués à l'Emir du Qatar (mais contestés par ce dernier) qui apporterait son soutien à l'Iran, ennemi de l'Arabie saoudite.

Les tensions étaient palpables depuis plusieurs mois, voire années, notamment avec l'Egypte, depuis la destitution du président Morsi, proche des Frères musulmans et soutenu par Doha. 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !