Plato : la sonde chasseuse de planètes favorite de l’Agence spatiale européenne ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
La sonde traqueuse de planètes Plato en position de favorite.
La sonde traqueuse de planètes Plato en position de favorite.
©DR

Star Wars

Plato : la sonde chasseuse de planètes favorite de l’Agence spatiale européenne ?

Cinq équipes internationales ont passé un oral à Paris, le 21 janvier, devant d’autres chercheurs afin de remporter le prix du meilleur projet de mission spatiale. La réponse se fait attendre.

"Planetary Transits and Oscillations of stars", ou Plato, va-t-il convaincre les spécialistes de l’Agence spatiale européenne? C’est ce que semblent croire de nombreux experts. La compétition mettant aux prises cinq équipes internationales venant présenter leur projet de mission spatiale devrait trouver son vainqueur le 20 février prochain. Mais Plato semble être la mieux placée pour glaner une aventure de dix ans où les lauréats devront développer leur mission dont le budget avoisinera les 500 millions d’euros.

Plato, qui contient en son sein pas moins de 32 petits télescopes munis de caméras CCD, s’est lancé pour objectif de détecter les "transits d’exoplanètes, c’est-à-dire le moment où une planète passe devant son étoile en faisant varier sa luminosité". La sonde devrait être lancée de Kourou, en Guyane entre 2022 et 2024. Ce projet pourrait permettre de trouver une exoplanète ressemblant à la Terre. Ce chasseur aurait les avantages des experts de l’ESA car "ce serait la première mission européenne dédiée à la détection d’exoplanètes dans la zone habitable de leur étoile et autour d’étoiles proches", d’après Sciences et Avenir.

La mission permettrait aussi de déterminer avec précision l'âge de dizaines de milliers d'étoiles dont beaucoup possèdent des planètes. Pour rappel, les Etats-Unis préparent de leur côté une mission, du nom de TESS, dont le décollage est prévu en 2017.

Lu sur BBC News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !