Plan de stabilité à l'Assemblée : un "revers cinglant" selon l'UMP | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Manuel Valls a salué un "acte fondateur pour la suite du quinquennat"
Manuel Valls a salué un "acte fondateur pour la suite du quinquennat"
©Reuters

Comptage de troupes

Plan de stabilité à l'Assemblée : un "revers cinglant" selon l'UMP

Après le vote consultatif à l'Assemblée nationale, mardi, sur le plan de stabilité, où 41 députés socialistes se sont abstenus, Christian Jacob a assuré qu'il s'agissait d'un "revers cinglant" pour Manuel Valls et François Hollande.

L'Assemblée nationale a approuvé, mardi soir, par 265 voix pour, 232 contre et 67 abstentions, le programme de stabilité budgétaire, qui prévoit 50 milliards d'euros d'économies sur 2014-2017, lors d'un vote consultatif.

Si Manuel Valls a salué dans la foulée "un acte fondateur, important pour la suite du quinquennat du président de la République", après le vote, ajoutant que "c'était important qu'il y ait un vote qui montre que la majorité, au-delà des débats, approuve ce projet", 41 députés socialistes se sont abstenus. Avec un nombre important de députés frondeurs, c'est le vote qui a le plus divisé le PS depuis 2012, souligne Le Scan du Figaro.fr.

Sur les 577 membres de l'Assemblée, cinq députés n'ont pas pris part au vote, six ministres (non encore remplacés par leurs suppléants) n'avaient pas le droit de voter et deux sièges sont vacants à la suite de démissions.

>> Retrouvez les détails du vote sur le site de l'Assemblée nationale.

Christian Paul est l'un des 41 abstentionnistes au groupe PS de l'Assemblée. "C'est une expression politique mature, mûrie, par un groupe qui est blessé par le choc politique des municipales et par le sentiment qu'il a que les deux premières années (du quinquennat) n'ont pas tenu leurs promesses", a déclaré à la presse, Christian Paul, un des députés socialistes frondeurs. "On n'est pas condamnés au bras de fer" et "je pense que Manuel Valls est tout à fait capable de trouver un mode de dialogue avec un Parlement vivant, actif, parfois remuant, conscient de ses responsabilités", a ajouté le député de la Nièvre, proche de Martine Aubry.

Henri Emmanuelli fait partie de ceux qui se sont abstenus. 

 

Les résultats du vote en vidéo (LCP)

Même si le vote était consultatif, le premier ministre avait tenu, dans l'après-midi, à en souligner l'importance. Face à l'opposition de plusieurs députés socialistes, qui avaient annoncé leur intention de s'abstenir, Manuel Valls avait lancé devant l'hémicycle un appel à sa majorité, affirmant que ce vote conditionnerait "à la fois la légitimité du gouvernement, sa capacité à gouverner et, surtout, la crédibilité de la France". Devant un hémicycle loin d'être plein avant le vote, il a vanté un plan "calibré", "bien réparti" et "juste parce qu'il tient compte du dialogue nourri, exigeant et fructueux que j'ai eu avec les groupes de la majorité". Puis, se sachant décrié, le Premier ministre a martelé "J'assume!" à neuf reprises en clôturant son discours. 

Le premier ministre avait donné, mercredi 16 avril, le détail du plan d'économies de 50 milliards d'euros qu'il entend mener d'ici à 2017. Cette somme devrait provenir de l'Etat et ses agences (pour 18 milliards), des collectivités locales (pour 11 milliards) et de la protection sociale (10 milliards d'euros sur les dépenses de l'Assurance-maladie et 11 milliards sur la gestion du système social).

Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !