Plan d’économies : à quelques heures du vote, le PS en ordre dispersé, l’UMP contre, à quelques exceptions près | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Plan d’économies : à quelques heures du vote, le PS en ordre dispersé, l’UMP contre, à quelques exceptions près
©

Qui votera quoi

Plan d’économies : à quelques heures du vote, le PS en ordre dispersé, l’UMP contre, à quelques exceptions près

Si l’UMP est opposé au plan d’économies de 50 milliards d’euros, présenté ce mardi à l’Assemblée nationale, quelques députés de l'opposition n’y sont pas hostiles. Au PS, certains députés pourraient, eux, s’y opposer.

C’est le jour J pour Manuel Valls, comme un second vote de confiance. Ce mardi, les députés voteront, ou non, son plan d’économies de 50 milliards d’euros, détaillé le 16 avril dernier.

Un plan qui est loin, très loin de faire l’unanimité chez les socialistes, notamment dans l’aile gauche du parti socialiste. Plusieurs députés frondeurs ont explicitement annoncé qu’ils ne voteraient pas ce plan, obligeant le Premier ministre à faire quelques concessions, présentées lundi, notamment sur les petites retraites ou le RSA. 

Dans ce vote purement consultatif, mais ô combien symbolique, et que Manuel Valls devrait remporter, souligne metronews, le Premier ministre pourra compter ses soutiens pour l’avenir. 

À l’UMP, on est contre le plan. Mais ce n’est pas valable pour tous les députés de l’opposition. Ainsi, quelques jours avant le vote, Benoist Apparu, Frédéric Lefebvre ou encore Valérie Pécresse ne se disaient pas hostiles au plan d’économies. A l’UDI, ce devrait être une "abstention d'encouragement". Le tout nouveau président par intérim, remplaçant de Jean-Louis Borloo, Yves Jego n’est pas opposé au plan, mais juge qu'il ne va pas assez loin.

Chez EELV, l'opposition prévaut : le parti, qui n’a plus aucun membre au gouvernement depuis le remaniement, y est opposé. Dans un communiqué diffusé le 16 avril, le parti dénonçait des économies qualifiées "d'injustes socialement". Mais, là encore, certains députés pourraient voter pour souligne lemonde.fr.

Chez les communistes, l’opposition est en revanche très ferme, et il y a très peu de chance que les députés de la gauche de la gauche, au nombre de 15, votent en faveur du plan d'économies. Début avril, le groupe n’avait déjà pas voté la confiance à Manuel Valls et à son gouvernement. Et depuis plusieurs jours, les critiques de leur camp fusent contre ce plan.

Lu sur lemonde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !