Plan d'économie de Valls : le bureau national du PS apporte son soutien en ordre dispersé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Plan d'économie de Valls : le bureau national du PS apporte son soutien en ordre dispersé
©

Grogne

Plan d'économie de Valls : le bureau national du PS apporte son soutien en ordre dispersé

Plusieurs sensibilités ont toutefois exprimé "le sentiment d'un trop grand déséquilibre".

A la veille d'un vote à l'Assemblée nationale sur le programme de stabilité, le bureau national du Parti socialiste a adopté à 31 voix pour, contre 15 "contre" et une "abstention", une résolution de soutien au dispositif, a annoncé ce lundi le porte-parole du parti, Olivier Faure. Alors que, dans une lettre aux députés PS, Manuel Valls a demandé la voix de tous, le bureau national du parti apparaît divisé.

Il s'agit d'un "vote extrêmement clair de soutien à la politique menée" par l'exécutif, a déclaré le porte-parole lors d'une conférence de presse, après un bureau national  extraordinaire destiné à définir la position officielle du parti sur le programme de stabilité. "Nous souhaitons que l'immense majorité des députés de notre groupe adopte notre position demain", a déclaré Carlos Da Silva, autre porte-parole, qui a ajouté : "Un certain nombre" de points "de ce que souhaitait le PS a été retenu".

Interrogé sur les sanctions qui pourraient êtres prises à l'encontre de parlementaires qui s'abstiendraient lors de ce vote mardi, Carlos Da Silva a affirmé : "Nous sommes dans un processus de dialogue (...) et pas de coercition". Il a redit que ce vote n'était "pas seulement indicatif", mais "engageait" l'ensemble du Parti. Parmi ceux qui ont voté contre figurent des membres de l'aile gauche du courant "Maintenant la gauche", une partie des amis de Benoît Hamon, et les proches de Gérard Filoche. Parmi ceux qui ont voté contre figure selon le PS un seul député, Pascal Cherki (Paris).


Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !