Piétonnisation des voies sur berges : dans une lettre adressée à Anne Hidalgo, 168 élus tirent la sonnette d'alarme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Piétonnisation des voies sur berges : dans une lettre adressée à Anne Hidalgo, 168 élus tirent la sonnette d'alarme
©REUTERS/Pascal Rossignol

Inquiétude

Piétonnisation des voies sur berges : dans une lettre adressée à Anne Hidalgo, 168 élus tirent la sonnette d'alarme

"L'aggravation des encombrements entraîne une détérioration de la vie quotidienne de dizaines de milliers de Franciliens qui ne demandent qu'à exercer leur activité professionnelle, parfois à plus d'une heure de leur domicile", écrivent les signataires de ce courrier.

Depuis l'interdiction à la circulation des voies sur berges de la rive droite de la capitale, la contestation ne cesse de grandir en Île-de-France. Dans un courrier envoyé à Anne Hidalgo, 168 maires de la région (majoritairement des élus LR), s'inquiètent des conséquences de cette mesure, et s'associent au recours déposé devant le tribunal administratif pour la contester. 

Parmi les signataires, figurent notamment Patrick Balkany, Gilles Carrez, Jean-François Copé, Rachida Dati, Claude Goasguen, Philippe Goujon, Christian Jacob, Yves Jégo, Jean-Christophe Lagarde, Gérard Larcher, André Santini, Jean-François Vigier ou Georges Tron. Tous s'insurgent contre une "décision unilatérale" qui a "des conséquences dramatiques sur l'aggravation des bouchons".

"L'aggravation des encombrements entraîne une détérioration de la vie quotidienne de dizaines de milliers de Franciliens qui ne demandent qu'à exercer leur activité professionnelle, parfois à plus d'une heure de leur domicile", écrivent-ils. 

"Les habitants de nos communes qui travaillent à Paris, les Parisiens qui travaillent dans nos communes, et qui n'ont pas la possibilité de se déplacer dans des transports en commun insuffisants ou déjà saturés, sont fatigués et en colère", assurent ces élus, qui dénoncent une "indifférence à l'égard des habitants de la petite et de la grande couronne".

"Voilà pourquoi nous avons décidé de déposer des recours en annulation de cette décision, ou de nous associer au recours déposé par la région et des départements d'Île-de-France", concluent les auteurs de cette lettre. 

>>>> À lire aussi : Piétonnisation des voies sur berges : Anne Hidalgo veut-elle achever d’interdire Paris aux pauvres ?

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !