Pierre Moscovici serait privé du poste de commissaire aux Affaires économiques et monétaires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Pierre Moscovici ne devrait finalement pas être le prochain commissaire européen aux Affaires économiques
Pierre Moscovici ne devrait finalement pas être le prochain commissaire européen aux Affaires économiques
©euractiv

C'est dans l'air

Pierre Moscovici serait privé du poste de commissaire aux Affaires économiques et monétaires

Le site Euractiv donne l'information ce jeudi matin. Si elle était confirmé, il s'agirait d'une nouvelle déconvenue pour François Hollande au niveau européen.

Selon les informations obtenues par Euractiv, le poste de commissaire aux Affaires économiques et monétaires ne reviendrait pas à Pierre Moscovici, comme cela avait été pourtant annoncé au cours des derniers jours, notamment par le journal Le Monde : "Moscovici sera bien le commissaire européen aux Affaires économiques". En effet, l’ancien ministre des Finances ne se verrait confier que le poste de commissaire à la Concurrence, de moindre importance.
"Alors que plusieurs sources assuraient en début de semaine à EurActiv que Pierre Moscovici allait bien hérité du portefeuille des Affaires économiques, le projet d’organigramme envisage de le laisser au Finlandais Katainen, qui occupe le poste actuellement. La France hériterait de son côté de la Concurrence, un portefeuille important certes mais moins stratégique pour l’Hexagone qui ne l'avait pas du tout en ligne de mire, contrairement aux autres portefeuilles économiques" peut-on lire sur Euractiv. Une information confirmée par le Financial Times
Le poste de commissaire aux Affaires économiques et monétaires serait ainsi confié au Finlandais Jirky Katainen, ancien Premier ministre et réputé pour son rigorisme budgétaire.  Si ces nominations au sein de la nouvelle commission Juncker venaient à être confirmées, elles signeraient une victoire totale pour Angela Merkel, qui réaliserait ici le grand chelem dans le placement de "ses" hommes aux postes stratégiques européens.
Pour François Hollande, les déconvenues se poursuivent encore au niveau européen, alors même que la nomination de Pierre Moscovici à ce poste semblait acquise, malgré l’opposition d’Angela Merkel.
lu sur Euractiv

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !