Pierre Moscovici n'accordera pas de passe-droit à la France et s'engage à faire respecter les règles budgétaires européennes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Pierre Moscovici est candidat au poste de commissaire européen
Pierre Moscovici est candidat au poste de commissaire européen
©Reuters

La volonté

Pierre Moscovici n'accordera pas de passe-droit à la France et s'engage à faire respecter les règles budgétaires européennes

Lors de son audition par la commission des Affaires économiques du Parlement européen ce jeudi, l'ancien ministre a rappelé ses objectifs.

Pierre Moscovici passait son grand oral ce jeudi matin. Lors de son audition par la commission des Affaires économiques du Parlement européen, l'ancien ministre de François Hollande a fait des promesses. Souvent critiqué depuis sa nomination, le candidat au poste de commissaire européen aux Affaires économiques a répété ses engagements. "Je m'engage devant vous à faire respecter nos règles budgétaires par tous les États membres. Il faut le faire sans complaisance pour les uns, sans excès de dureté pour les autres. Il faut traiter tous les États - grands ou petits - selon les mêmes règles et selon leurs mérites propres". Sous-entendu, y compris la France. A ceux qui en doutaient, il envoie donc un message : la France ne bénéficiera pas de passe-droit concernant les règles budgétaires.

Une promesse qui n'a pas semblé convaincre Alain Lamassoure. Aussitôt, le député européen de l'UMP a estimé que la nomination de Pierre Moscovici à ce poste provoquerait un "malaise", car il a "échoué en tant que ministre des Finances". L'ancien membre du gouvernement a alors réagi en exliquant qu'il avait "réduit les déficits en France". 

Puis, il a de nouveau martelé : "j'aurai une boussole, les règles, rien que les règles, toutes les règles, et si un pays, grand ou petit, ne remplit pas les obligations prévues par les traités et se trouve dans une procédure de déficit excessif, et c'est le cas de la France, je le ferai sans faillir. Je le redis, je le redirai encore, je suis là pour faire respecter les règles, assurer la crédibilité des règles, pas là pour les modifier de façon créative, pour défendre je ne sais quelle dérogation, quelle exception, quelle suspension". Visiblement, Pierre Moscovici veut plus que tout être commissaire européen. "Je ne vais pas prétendre que je suis là pour les changer. Je suis là pour les appliquer, avec peut-être les marges qu'elles offrent" a-t-il conclu.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !