Pierre Gattaz réclame une baisse de la charge fiscale et menace de boycotter la conférence sociale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Pierre Gattaz à Europe 1 ce lundi matin
Pierre Gattaz à Europe 1 ce lundi matin
©Europe 1

Attention

Pierre Gattaz réclame une baisse de la charge fiscale et menace de boycotter la conférence sociale

Sur Europe 1 ce lundi matin, le patron des patrons a aussi indiqué que "les marges des entreprises françaises sont les plus basses d'Europe".

Pierre Gattaz n'a pas l'intention de relâcher sa pression sur le gouvernement. Le patron du Medef entend toujours que les promesses faites par François Hollande soient respectées. Pour lui, il faut donc rapidement une diminution des charges pour les entreprises. Il faut "baisser la charge fiscale et instaurer un climat de confiance", afin de redonner de la compétitivité aux entreprises. "Il y a 116 milliards de charges en trop sur le dos des entreprises" a-t-il expliqué ce lundi matin sur Europe 1.

Une demande qu'il n'est pas le seul à effectuer; Dimanche, huit organisations patronales ont lancé un appel au gouvernement pour accélérer la mise en place du pacte de responsabilité. Pierre Gattaz réclame donc au gouvernement d'aller plus vite. Pour appuyer sa cemande, le chef du Medef est même prêt à utiliser les grands moyens, à savoir le boycott de la conférence sociale prévue les 7 et 8 juillet. "Je pourrais ne pas y aller" a-t-il menacé.

Le patron des patrons a aussi indiqué que "les marges des entreprises françaises sont les plus basses d'Europe". Enfin, Pierre Gattaz a estimé que pour lui il fallait également "une centaine de milliards" d'économies. "Il faut rester à 1.200 milliards de dépenses publiques, demander aux fonctionnaires ce qu'ils en pensent. Il y a 25 verrous à lever qui correspondent à autant de poches de 50 milliards" a-t-il terminé.

Lu sur Europe1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !