Pierre Gattaz : le patron du Medef demande au nouveau gouvernement "une vraie stratégie de redressement" de la France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Pierre Gattaz : le patron du Medef demande au nouveau gouvernement "une vraie stratégie de redressement" de la France
©Reuters

Réclamations

Pierre Gattaz : le patron du Medef demande au nouveau gouvernement "une vraie stratégie de redressement" de la France

Interrogé par Les Echos sur ce qu'il attend du nouveau gouvernement, Pierre Gattaz répond : "qu'il continue la politique en faveur de la compétitivité des entreprises qui découle du Pacte de responsabilité".

Alors que l'exécutif a annoncé la composition du gouvernement Valls II ce mardi 26 août, Pierre Gattaz a appelé la nouvelle équipe à "engager une vraie stratégie de redressement" de la France qui doit faire sa "révolution culturelle" et "accepter que l'entreprise est le coeur de l'économie".

Interrogé par le quotidien Les Echos sur ce qu'il attend du nouveau gouvernement, le patron du Medef répond : "qu'il continue la politique en faveur de la compétitivité des entreprises qui découle du Pacte de responsabilité et qu'il engage une vraie stratégie de redressement du pays". "La France doit faire sa révolution culturelle, accepter (le fait) que l'entreprise est le coeur de l'économie, que celle-ci est mondialisée, et que nous sommes dans une économie de marché", déclare également le patron des patrons à la veille du premier jour de l'université d'été du Medef. Le Premier ministre Manuel Valls doit notamment y prononcer un discours très attendu. 

Estimant que la politique de soutien de la demande en subventionnant la consommation des ménages pratiquée "par les gouvernements successifs" pendant "des décennies" "ne marche pas", Pierre Gattaz assure que pour les Français "la première mesure de pouvoir d'achat serait de leur offrir un emploi". Enfin, il indique le Medef rendra public son projet "France 2020mercredi 27 août. Il cite des "idées pour lever les freins à la croissance" et créer des emplois, comme le travail du dimanche ou la réforme des seuils sociaux. Ces derniers imposent des obligations aux entreprises à partir d'un certain nombre de salariés, avec pour mauvais effet de dissuader beaucoup de patrons de faire croître leur entreprise. 


lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !