Photos de "Closer" sur Hollande et Gayet : Mazarine Pingeot "a la mémoire très courte" dit le paparazzi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Photos de "Closer" sur Hollande et Gayet : Mazarine Pingeot "a la mémoire très courte" dit le paparazzi
©

Y’a pas photo !

Photos de "Closer" sur Hollande et Gayet : Mazarine Pingeot "a la mémoire très courte" dit le paparazzi

Alors que Mazarine Pingeot avait critiqué le paparazzi Sébastien Valiela, auteur des clichés, ce dernier a rappelé qu’elle a déjà posé pour lui.

La polémique sur les photographies de Closer sur la relation entre François Hollande et l’actrice Julie Gayet s’est transformée en une passe d’armes entre le paparazzi, auteur de ces clichés, et Mazarine Pingeot. Cette dernière avait durement critiqué Sébastien Valiela, qui est d’ailleurs l’auteur d’une photo de François Mitterand en compagnie de sa fille caché en 1994. "Le geste de révéler la vie privé est de toute façon un viol que je trouve insupportable", avait critiqué Mazarine Pingeot sur RTL le week-end dernier.

Attaqué, Sébastien Valiela n’a pas ménagé son interlocutrice en lui répondant sèchement : "je trouve que Mazarine Pingeot a la mémoire très courte. Six mois après la publication des photos dans Paris-Match qui ont révélé son existence, elle reposait en couverture du magazine. Qui faisait les photos ? Encore Pierre Suu et moi. C'est donc elle qui nous a donné son premier rendez-vous." Pour le paparazzi, "ce n'est pas anodin qu'elle nous donne ces photos, poursuit le paparazzi. "Quand je l'entends dire que c'était un viol, je me dis qu'elle a peut-être un syndrome de Stockholm et qu'elle aime bien ses bourreaux".

Actuellement, Sébastien Valiela peut se targuer de l’exposition temporaire du nom de "Paparazzi !" qui s’est ouverte ce mercredi au Centre Pompidou de Metz. Les visiteurs pourront notamment y découvrir quelques 600 photographies volées, dont celles de Mazarine Pingeot…

Lu sur Jeanmarcmorandini.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !