Philippines : le président Rodrigo Duterte affirme avoir poignardé quelqu'un à mort à 16 ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Philippines : le président Rodrigo Duterte affirme avoir poignardé quelqu'un à mort à 16 ans
©Romeo Ranoco / Reuters

Déclaration choc

Philippines : le président Rodrigo Duterte affirme avoir poignardé quelqu'un à mort à 16 ans

À quelques jours d'un sommet de dirigeants de la planète à Manille, le président philippin a également appelé à "gifler" la rapporteure spéciale de l'ONU sur les exécutions commises dans le pays.

À quelques jours d'un sommet de dirigeants de la planète à Manille, le président philippin, Rodrigo Duterte, a de nouveau étonné tout le monde avec une déclaration choc. Jeudi 9 novembre lors d’un discours prononcé devant la communauté philippine de la ville vietnamienne de Danang, il a déclaré avoir poignardé quelqu'un à mort lorsqu’il était adolescent. "À 16 ans, j'avais déjà tué quelqu'un. Une vraie personne, une baston, des coups de couteau. J'avais seulement 16 ans. C'était pour un simple regard", a-t-il confié.

Adepte de "l'hyperbole"

Elu en 2016 après avoir promis d'éradiquer le trafic de drogue en faisant abattre jusqu'à 100 000 trafiquants et toxicomanes présumés, le président philippin a également menacé, toujours dans le même discours, de "gifler" Agnès Callamard, rapporteure spéciale de l'ONU sur les exécutions sommaires ou arbitraires. Il a aussi qualifié de "fils de pute" ceux qui critiquent sa campagne de répression du trafic de drogue.

Le président reste très populaire dans l'archipel, où de nombreux Philippins estiment que la sécurité s'est améliorée. Son entourage demande régulièrement aux journalistes de ne pas le prendre au pied de la lettre, soulignant qu'il aime plaisanter et que c'est un adepte de "l'hyperbole". Son nouveau porte-parole, Harry Roque, a expliqué que ses nouvelles déclarations pourraient relever de l'exagération.

Lu sur France 24

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !