Philippe de Villiers : "Oui aux cloches, non aux muezzins" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Philippe de Villiers : "Oui aux cloches, non aux muezzins"
©Reuters

Provoc

Philippe de Villiers : "Oui aux cloches, non aux muezzins"

Le fondateur du Mouvement pour la France espère que le Conseil d'Etat autorisera l'installation de crèches de Noël dans les lieux publics.

Pendant des années, Philippe de Villiers s'était montré plutôt discret. Le voici de nouveau à l'attaque, à travers plusieurs livres mais aussi à la pointe du combat contre l'islam. Il s'est ainsi fendu d'une lettre pour inciter le Conseil d'Etat à autoriser l'installation de crèches de Noël dans les lieux publics. "J'attends du Conseil d'État une décision qui fasse le choix, non pas d'une laïcité du vide, qui serait un appel d'air à l'islamisme mais d'une laïcité vivante, qui s'accorde à nos traditions" se justifie ainsi au Figaro le fondateur du Mouvement pour la France qui regrette que "nombre de conseillers d'État sont, comme nos élites, submergés, pénétrés, imprégnés de laïcisme et de multiculturalisme."

Selon lui, "s'ils disent « non » aux crèches, le Conseil d'État changera de nature dans le cœur des Français. Il ne sera plus le Conseil d'État de la France qui nous protège mais le Conseil d'État islamique." Il en fait d'ailleurs un débat clé pour la société. "Il ne faut rien céder à l'islam, pas un pouce de terrain de notre civilisation. Oui aux crèches, non aux djellabas. Oui aux cloches, non aux muezzins" assène-t-il, provocateur.

Mais n'allez pas dire qu'il jette de l'huile sur le feu. "Ceux qui exacerbent les tensions et qui préparent la guerre civile sont les tenants du paradis diversitaire du multiculturalisme" avance-t-il. "Jamais, nulle part, le multiculturalisme n'a apporté la paix." Le Conseil d'Etat rendra sa décision le 3 novembre prochain.

Lu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !