La petite amie du "cannibale de Miami" affirme qu'il a été drogué "à son insu" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
La petite amie du "cannibale de Miami" affirme qu'il a été drogué "à son insu"
©

A la vie, à la mort

La petite amie du "cannibale de Miami" affirme qu'il a été drogué "à son insu"

C'était un "homme inoffensif" et un "fervent chrétien", a-t-elle déclaré à la presse.

"Un homme inoffensif" et un "fervent chrétien". C’est ainsi que Yovanka Bryant, 27 ans, décrit son petit ami, Rudy Eugene, tué le 26 mai dernier après avoir dévoré la majeure partie du visage d’un SDF de Miami (Floride). La jeune femme s’est exprimée pour la première fois face à la presse ce mercredi pour tenter de défendre la mémoire de l'homme désormais connu comme sous le nom du "cannibale de Miami", rapporte The Guardian.

Rudy Eugene était un "fervent chrétien" et aurait été "un bon père pour ses enfants", affirme Yovanka Bryant. Il portait d'ailleurs une bible sur lui avant d'enlever ses vêtements et de s’attaquer à un sans-abri de 65 ans, rappelle The Guardian. Le couple - ensemble depuis 4 mois - étudiait la bible ensemble et regardait des programmes religieux à la télévision. "Il jouait au football avec mes frères et mes cousins le samedi. Mes enfants le surnommaient "Oncle Beard". Une des choses que j'aimais le plus chez lui, c'était la façon dont Rudy parlait de sa famille et combien il aimait sa mère et sa grand-mère", raconte Yovanka Bryant.

La jeune femme ne s’explique pas cette agression. Elle estime que son petit ami a été drogué à son insu. "Rudy ne buvait jamais d’alcool et ne prenait jamais de drogue en ma présence", a-t-elle ajouté avant d’admettre l’avoir déjà vu fumer de la marijuana.

"Je suis dévastée par sa perte, et mes pensées vont à l'homme sans-abri qui est devenu une victime innocente dans cette tragédie."

Des traces de cannabis ont été retrouvées dans l’organisme du "cannibale de Miami". Mais, selon les autorités, c’est surtout la drogue baptisée "bath salts" (sels de bain) qui aurait provoqué son accès de démence et son attaque.

Lu sur The Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !