"Penelopegate" : seulement trois Français sur dix jugent François Fillon honnête | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"Penelopegate" : seulement trois Français sur dix jugent François Fillon honnête
©AFP

Ralentissement

"Penelopegate" : seulement trois Français sur dix jugent François Fillon honnête

Selon l'institut Elabe, 50% des sympathisants de la droite et du centre se disent convaincus par la défense de l'ancien Premier ministre.

Selon les résultats d'un sondage Elabe pour BFM TV publié mardi soir, plus de trois Français sur quatre (76%) ne sont pas convaincus par la défense et les arguments de François Fillon, face aux soupçons d'emplois fictifs de son épouse Penelope. 

Seulement 23% des personnes sollicitées pour ce sondage se disent convaincues par les arguments de l'ancien Premier ministre. Dans le détail, les sympathisants de la droite et du centre ont un avis mitigé, avec 50% de convaincus et 49% qui pensent le contraire. Autre enseignement de ce sondage, une majorité de sympathisants du parti Les Républicains (58%) sont convaincus par la défense de François Fillon, contre 41% de sceptiques. 

Pari ailleurs, 54% des Français interrogés estiment que François Fillon est "capable de rassembler la droite", 28% seulement reconnaissent son honnêteté et 27% jugent qu'il "comprend les gens" avec la même sensibilité qu'eux. Ils sont 48% à lui prêter les qualités nécessaires pour être président de la République, et 29% à estimer qu'il "dit la vérité aux Français". Enfin, '"honnêteté" (65%) et "l'écoute des Français" (53%) sont les qualités que les Français interrogés attendent en priorité du chef de l'Etat.

>>>> À lire aussi : François Fillon stoppe l'hémorragie politique. Reste la justice... et la presse ?

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !