Penelopegate : les réactions de la matinée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Penelopegate : les réactions de la matinée
©Capture écran

Nouvelle semaine

Penelopegate : les réactions de la matinée

Ce matin, sur les radios, la droite a salué la mise au point de François Fillon.

Eric Woerth : "François Fillon a expliqué qu'il n'y avait pas d'emploi fictif. C'est ce qu'il dit, c'est la vérité", a-t-il déclaré sur RMC, précisant qu'il comprenait "que les 3 670 euros puissent choquer", mais "qu'en même temps, c'était légal". Interrogé sur l'absence de plainte déposée par le candidat, Eric Woerth approuve. "J'ai été victime du même type de lynchage que François Fillon. La plainte pour diffamation, ça ne marche jamais." 

Gérard Longuet : "Ce que je retiens dans cette affaire c'est que François Fillon s'est remis en cause" affirme l'ancien ministre sur Public Sénat. "Je pense que cette campagne sera différente. Il s'est créé un lien négatif entre le candidat et son électorat."

Jean-Louis Debré : "Il faut que les lois qui s'appliquent aux députés soient les même que pour tous les français" estime l'ex-président du Conseil constitutionnel sur Radio Classique, reconnaissant néanmoins que "La réplique de François Fillon est une bonne réplique, il a rassemblé son camp."

Nathalie Kosciusko-Morizet : La députée estime, sur RTL, que Penelope Fillon devrait s'exprimer publiquement. "C'est son choix à elle. Mais si vous me demandez, je trouverais ça bien. Je pense que c'est une parole que les Français ont envie d'entendre après tout ça. Il y aura une curiosité, ça s'est sûr."

Bruno Retailleau : "C'est une évidence, le parquet a communiqué les infos au Monde puisque nos avocats ne les avaient pas" juge le patron des sénateurs LR, sur France 2. Il a surtout rappelé que "François Fillon est le patron. Il n'y a pas de plan B." Tout en précisant que ce dernier "devra sans doute changer sa manière de se présenter devant les Français."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !