Pédophilie : une fillette virtuelle permet de piéger des prédateurs sexuels | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Pédophilie : une fillette virtuelle permet de piéger des prédateurs sexuels
©

Coincés

Pédophilie : une fillette virtuelle permet de piéger des prédateurs sexuels

Plus de mille personnes ont ainsi pu être identifiées sur Internet.

Ils sont mille. Mille prédateurs sexuels ont pu être identifiés grâce à Sweetie, une petite fille virtuelle de dix ans créée par l'ONG Terre des Hommes. Le but de l'opération était simple : créer une fillette et la faire se balader sur Internet - notamment sur des forums de discussion - en attendant que les prédateurs prennent contact avec elle. Résultat : des milliers de personnes sont venues à elle. "Ils étaient prêts à payer Sweetie pour qu'elle se livre à des actes sexuels devant sa webcam", explique le directeur de la branche néerlandaise de Terre des Hommes, Albert Jaap van Santbrink.

Parmi ces hommes, plus de 1 000 ont été "facilement" identifiés dans 65 pays différents. L'ONG n'a eu aucun mal à retrouver leurs adresses, leurs numéros de téléphone et des photos d'eux, et a transmis le tout aux autorités compétentes. "Vu que tout cela a lieu sur internet, ils pensent que personne ne les observe, il a donc été facile de collecter des informations à leur sujet", a déclaré Hans Guyt, responsable du projet.

"Avec plus de ressources, nous aurions facilement pu en identifier 10.000", a-t-il ajouté. Terre des Hommes a transmis sa méthode aux autorités de différents pays, espérant que l'expérience soit renouvelée afin d'identifier le plus de prédateurs sexuels possibles. L'ONG précise également qu'elle a laissé les prédateurs venir à elle et que "Sweetie" n'a fait aucune proposition.

Lu sur TF1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !