Pédophilie : le pape François s'emporte contre "la complicité inexplicable" d'une partie du clergé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le pape François veut lutter avec la plus grande sévérité contre la pédophilie dans l'Eglise
Le pape François veut lutter avec la plus grande sévérité contre la pédophilie dans l'Eglise
©Reuters

Sévérité

Pédophilie : le pape François s'emporte contre "la complicité inexplicable" d'une partie du clergé

Sur ce sujet, le souverain pontife a rappelé sa politique de "tolérance zéro".

La pédophilie est un sujet délicat depuis des années au Vatican. Mais depuis qu'il est devenu pape, François a décidé d'aborder ce "dossier" sans complaisance. Ainsi, ce lundi, alors qu'il recevait six victimes, le souverain pontife s'est emporté contre "la complicité inexplicable" d'une partie du clergé à l'égard des prêtres et des évêques pédophiles.

La voix grave, il a expliqué que la douleur des victimes et les suicides pèsent sur la conscience de l'Eglise". Puis il a demandé pardon pour ceux qui ont refusé d'entendre les dénonciations et les plaintes des victimes à l'époque. François a également rappelé sa politique de "tolérance zéro" sur ce sujet et a dit vouloir imposer des "sanctions très sévères". Pour lui, tout prêtre qui abusera d'un enfant commettra le pire sacrilège religieux.

Par ailleurs, le pape a confirmé la constitution d'une commission d'experts pour la protection de l'enfance au sein des institutions de l'Eglise catholique. Durant plusieurs années, l'Eglise est accusée d'avoir souvent toléré et parfois protégé les criminels, sans entendre la voix des victimes. De nombreuses associations ont critiqué cette posture et ont demandé un changement d'orientation. Elles semblent être entendues désormais. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !