Pédophilie : le numéro trois du Vatican inculpé pour des abus sexuels sur enfants | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Pédophilie : le numéro trois du Vatican inculpé pour des abus sexuels sur enfants
©ANDREAS SOLARO / AFP

Enquête

Pédophilie : le numéro trois du Vatican inculpé pour des abus sexuels sur enfants

Le cardinal George Pell, plus haut responsable catholique d'Australie, avait été interrogé en octobre dernier dans le cadre d'accusations de pédophilie. Il "rejette vigoureusement les accusations".

Le Saint-Siège dans la tourmente. Ce jeudi, le cardinal George Pell, argentier du Vatican et plus haut responsable catholique d’Australie, a été officiellement inculpé d'abus sexuels. L'homme âgé de 76 ans doit se présenter le 18 juillet devant le tribunal de première instance de Melbourne pour y être entendu. "Le cardinal Pell doit répondre de multiples accusations liées à des crimes sexuels anciens", a indiqué lors d'une conférence de presse Shane Patton, le commissaire adjoint de la police de l'Etat de Victoria. Il a ajouté que"de multiples plaignants" étaient liés à cette affaire.

Ces accusations interviennent dans le cadre d'une longue enquête nationale, demandée par le gouvernement en 2012 après de nombreuses années de pression de la part de victimes, et portant sur les abus sexuels commis sur des enfants. Les faits présumés remontent aux années 1970. En octobre dernier, le cardinal Pell, numéro 3 de l'Eglise catholique, avait été entendu trois fois à Rome par la police australienne et avait reconnu devant la commission d'enquête avoir "failli" dans sa gestion des prêtres pédophiles dans l'Etat de Victoria.

Dans un communiqué, l'archidiocèse de Melbourne a indiqué que George Pell rentrera en Australie "dès que possible pour réhabiliter son nom et "avait hâte d'être devant le tribunal où il rejettera vigoureusement les accusations." Le cardinal australien avait été choisi en 2014 par le pape François pour mettre davantage de transparence dans les finances du Vatican. Interrogé sur les soupçons pesant sur le cardinal Pell, le souverain pontife avait en août 2016 mis en avant la présomption d'innocence.

Lu sur Le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !