Patrick Buisson réclame près de 400 000 euros aux Républicains, un procès pourrait avoir lieu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Patrick Buisson réclame près de 400 000 euros aux Républicains, un procès pourrait avoir lieu
©Reuters

Hache de guerre

Patrick Buisson réclame près de 400 000 euros aux Républicains, un procès pourrait avoir lieu

Une médiation entre l'ancien conseiller et le parti dirigé par Nicolas Sarkozy a mal tourné.

La guerre entre Patrick Buisson et Nicolas Sarkozy est loin d'être terminée. Celui qui fut le conseiller très influent de l'actuel patron des Républicains, du temps où il était chef de l'Etat, réclame désormais près de 400 000 euros au parti. Ce montant correspondrait à des impayés pour l'année 2013. Selon L'Express, une médiation a eu lieu le 17 mars pour tenter de trouver un compromis...mais la séance se serait fort mal passée.  

Vindicatif, Patrick Buisson aurait déclaré à l'avocat du parti, Philippe Blanchetier : "Nicolas Sarkozy est le contraire d'un chef, il aura passé son temps à exposer ses collaborateurs pour mieux se protéger ou pour régler ses problèmes domestiques. Vous lui direz de ma part".

Rapidement, les discussions ont tourné court. Les Républicains contestent les propos de Patrick Buisson et réclament que ce dernier présente des justificatifs correspondant à la facture présentée. Après l'échec de la médiation, un procès est désormais "inéluctable" selon L'Express.

Patrick Buisson, actuellement patron de la chaîne Histoire, est au cœur de l'affaire sur les commandes de sondages de l'Elysée sous le quinquennat Sarkozy (2007-2012) et pour lequel il a été mis en examen, tout comme l'ancienne directrice de cabinet Emmanuelle Mignon et Claude Guéant. 

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !