Patrick Balkany mis en examen pour "blanchiment de fraude fiscale", "corruption passive" et "blanchiment de corruption" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Patrick Balkany mis en examen pour "blanchiment de fraude fiscale", "corruption passive" et "blanchiment de corruption"
Patrick Balkany mis en examen pour "blanchiment de fraude fiscale", "corruption passive" et "blanchiment de corruption"
©Reuters/Charles Platiau

Convocation

Patrick Balkany mis en examen pour "blanchiment de fraude fiscale", "corruption passive" et "blanchiment de corruption"

Le maire de Levallois était soupçonné de prendre part à un "schéma sophistiqué de fraude".

Patrick Balkany était au pôle financier mardi après-midi pour répondre à la convocation des juges Renaud Van Ruymbeke et Patricia Simon, qui soupçonnaient le maire de Levallois-Perret de "blanchiment de fraude fiscale", "corruption passive", et "blanchiment de corruption". Finalement, il a été mis en examen en fin de journée pour "blanchiment de fraude fiscale".

Rappel des faits

Ce mardi matin, le journal Le Monde affirmait que les juges étaient en possession de documents établissant la responsabilité de Patrick Balkany dans la construction d'un système d'évasion fiscale. Les documents en question, provenant de la cellule anti-blanchiment de Bercy (Tracfin), remontent jusqu'au mois de mai. Après y avoir eu accès, Le Monde évoque la mention d'un "schéma sophistiqué de fraude" et révèle que selon ces notes, le cabinet d'avocats "Claude et Sarkozy" aurait apporté son expertise juridique à la construction de ce schéma.

D'après le quotidien, la justice était également en possession de différents témoignages relatant les activités de Patrick Balkany sur le continent africain entre 2007 et 2012.

Les déclarations de l'industriel belge George Forrest ont particulièrement retenu l'attention du juge Van Ruymbeke : "En septembre 2008, il [M. Balkany] m'a appelé en me disant qu'il avait une affaire intéressante à m'apporter. Comme il voyait que je voulais investir dans l'uranium, il nous a apporté une affaire, Forsys Metals Corporation en Namibie. M. Balkany a obtenu de ce gouvernement qu'il ne s'oppose pas à la transaction. J'ai racheté Forsys pour 500 millions de dollars. Comme M. Balkany m'avait apporté l'affaire et que tout commissionnaire reçoit une commission, j'ai négocié avec M. Balkany à 1%. On a arrondi à 5 millions de dollars" a confié l'industriel.

Lu sur le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !