La paternité ennemie de la testostérone | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
La paternité ennemie
de la testostérone
©

Instinct

La paternité ennemie de la testostérone

Une étude américaine montre que le taux de testostérone des pères chute après la naissance d'un enfant.

Une étude de l'université américaine de Northwestern montre que le taux de testostérone chez les jeunes pères a tendance à chuter. C'est ce qu'a mis en valeur le suivi de 624 jeunes hommes avant et après la naissance de leur enfant. Les pères d'un enfant de moins d'un mois, en particulier, sont ceux chez qui on observe le plus fort fléchissement du taux de testostérone.

La testostérone est une hormone qui stimule l'instinct de compétition des hommes, ainsi que leur libido. Christopher Kuzawa, l'un des scientifiques qui ont mené l'étude, explique ses constatations :

"La paternité et les besoins d'un nouveau-né exigent des ajustements émotionnels, psychologiques et physiques. Notre étude indique que la biologie d'un homme peut changer substantiellement pour l'aider à faire face à ces exigences."

Les chercheurs sont aussi persuadés qu'un taux de testostérone limité protégerait contre certaines maladies chroniques, ce qui expliquerait en partie pourquoi les hommes mariés et les pères sont en meilleure santé que les célibataires de leur âge. 

Lu sur la BBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !