Pierret recalé, et toujours agacé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Pierret recalé,
et toujours agacé
©

Primaire PS

Pierret recalé, et toujours agacé

La Haute Autorité a rejeté son recours, mais Christian Pierret n'en démord pas : il écrit à Harlem Désir, Premier secrétaire par intérim du PS.

C'est un peu le baroud d'honneur de Christian Pierret.

Le maire de Saint-Dié-des-Vosges et ancien ministre délégué à l'Industrie de Lionel Jospin ne participera pas à la primaire socialiste. Ainsi en a décidé la Haute-Autorité du PS qu'il avait saisie après avoir vu sa candidature invalidée faute de parrainages suffisants.

Christian Pierret a écrit à Harlem Désir, Premier secrétaire par intérim du PS, pour confier son ressentiment suite à cette décision. Dans cette lettre qu'Atlantico a pu parcourir, M. Pierret revendique 16 parrainages de maires de grandes villes et constate :

"L’esprit tatillon avec lequel la Haute-Autorité a contesté certains de mes parrainages est une nouvelle illustration de la rupture d’égalité de traitement entre les candidats que j’ai pointé tout au long de la campagne des pré-primaires. Cette instance ne s’est pas montrée si intransigeante avec Jean-Michel Baylet qui, lui, s’est totalement affranchi des règles de sélection des candidats en ne présentant aucun parrainage et en en recevant, en prime, les félicitations de notre Parti ! (...)

J’en viens à penser que les dirigeants du Parti Socialiste –dont certains se considèrent sans doute comme les propriétaires de ce qui leur a été confié par les militants- auraient voulu présélectionner les candidats qu’ils ne s’y seraient pas pris autrement."

Christian Pierret conclut en expliquant : "Je reste plus que jamais déterminé à promouvoir un véritable projet social-démocrate en brisant, au passage, les tabous qui ont trop longtemps décrédibilisé notre Parti et conduit, jusqu’ici, à des échecs retentissants lors des scrutins présidentiels. Puisse l’attitude d’aujourd’hui nous conduire, malgré tout, à la victoire de l’un des nôtres".

Jean-Michel Baylet, dont la candidature a été validée par la Haute-Autorité, n'a fait aucun commentaire. Contacté par Atlantico, le Parti radical de gauche que dirige Monsieur Baylet renvoie aux règles de parrainages de la primaire socialiste, qui stipulent que : "Les formations de gauche (…) fixeront leurs propres règles de parrainage de leur(s) candidat-e(s)".

Selon le PRG : "Il s'agit d'une polémique entre socialistes (...) Nous n'aimons pas que les socialistes s'occupent de nos affaires : nous ne nous occupons donc pas des leurs".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !