Parti radical : le nombre d'adhérents aurait inhabituellement augmenté d'un tiers en deux mois | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Parti radical : le nombre d'adhérents aurait inhabituellement augmenté d'un tiers en deux mois
©

Louche

Parti radical : le nombre d'adhérents aurait inhabituellement augmenté d'un tiers en deux mois

Un flot d'adhésions suspectes intervient à seulement un mois de la désignation du successeur de Jean-Louis Borloo, anciennement président du parti.

Alors que Jean-Louis Borloo se remet difficilement des suites d'une pneumonie, qui l'a poussé à quitter ses fonctions de président du Parti radical, un congrès pour désigner son successeur aura lieu le 5 juillet prochain. Seul hic : le nombre d'adhérents du parti aurait progressé de 10 000 à 13 098 en à peine deux mois, selon des informations obtenues par Le Canard enchainé.

L'hebdomadaire dévoile que la plupart de ces nouvelles adhésions sont inhabituelles : en Meurthe-et-Moselle notamment, une douzaine d'adhésions ont été payées avec la même carte de crédit. A Clichy, toute la section locale du Parti radical de gauche s'est convertie au parti valoisien, en payant 22 cotisations avec une même carte bleueEn Martinique par ailleurs, 123 adhérents se sont inscrits en même temps. On peut y trouver jusqu'à sept membres d'une même famille, qui se sont inscrits après la clôture des listes électorales.

Ces adhésions suspectes pourraient entâcher le vote interne, même si Xavier le Roux, responsable de la commission de contrôle de l'élection au parti "balaye tout soupçon" selon le Figaro. "Il n'y a aucun scandale. La commission a fait son travail et invalidé les adhésions collectives suspectes, notamment celles payées avec une même carte bleue. Nous y avons passé des heures!", a-t-il commenté. 

La polémique touche le Parti radical quelques jours après la démission de Jean-François Copé à la présidence de l'UMP. Mais peu d'adhérents du Parti radical croient à une manière de profiter des déboires de l'UMP. "Nous avons des identités très marquées", estime Isabelle Dechaume, première adjointe au maire de Chalon. Même si, "depuis la campagne des municipales, à Chalon sur Saône, le Parti radical a enregistré une vingtaine de nouvelles adhésions, ce qui est déjà pas mal au regard du nombre dans le département".

Deux candidats brigueront le poste de nouveau président lors du congrès en juillet prochain : l'ancienne ministre Rama Yade et le maire de Nancy Laurent Hénart, qui assure la présidence du parti par intérim.

Lu sur lefigaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !