Paris : une filière djihadiste a caché plus de 13 000 euros au cimetière du Montparnasse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Paris : une filière djihadiste a caché plus de 13 000 euros au cimetière du Montparnasse
©AFP

Nébuleuse

Paris : une filière djihadiste a caché plus de 13 000 euros au cimetière du Montparnasse

La Direction générale de la sécurité intérieure a découvert cette somme d'argent après avoir infiltré une cellule djihadiste de Strasbourg.

D'après les informations du journal Le Parisien, des policiers antiterroristes chargés de démanteler une cellule djihadiste de Strasbourg ont découvert au mois de juin dernier 13 300 euros en liquide cachés dans une tombe au cimetière du Montparnasse, à Paris. 

Cette somme, dissimulée entre les dalles d'une tombe abandonnée, devait être utilisée par les djihadistes pour se procurer des fusils d'assaut, dans le but de commettre un attentat en France. La filière en question a été démantelée quelques mois plus tard, en novembre 2016, lors d'une opération de police simultanée à Marseille et à Strasbourg. Après avoir enquêté sur les activités d'un individu nommé Nil Shewil, alias Abou Taha Mohamed, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a pu découvrir que l'homme préparait une action violente. 

Depuis la zone irako-syrienne, Abou Taha Mohamed avait été filmé en train de décapiter deux otages avec Rachid Kassim. En faisant passer l'un des leurs pour un sympathisant du groupe djihadiste, les policiers ont ensuite découvert  qu'une forte somme d'argent était cachée à Paris. Après avoir infiltré la cellule, ce policier a reçu pour ordre de la part du chef du réseau de se procurer "quatre fusils d'assaut kalachnikov et seize chargeurs".

Six individus qui avaient fait allégeance au groupe État islamique ont été mis en examen et écroués entre novembre et décembre 2016. Ils sont notamment soupçonnés d'avoir voulu perpétrer un attentat le 1er décembre en région parisienne, à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et au 36 Quai des Orfèvres.

>>>> À lire aussi : Terrorisme islamiste : l’Europe dans le tourbillon d’une nouvelle guerre de trente ans (à moins que ce ne soit 50 voire 80 ?)

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !