Paris : le syndrome de Diogène touche de plus en plus de personnes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Paris : le syndrome de Diogène touche de plus en plus de personnes
©Reuters

Inquiétant

Paris : le syndrome de Diogène touche de plus en plus de personnes

Cette maladie se caractérise par une accumulation maladive de nombreux déchets et objets divers à son domicile.

Selon une enquête publiée mercredi 21 septembre par Le Figaro, la ville de Paris est de plus en plus sollicitée dans le but de venir en aide aux personnes touchées par le syndrome de Diogène. Cette maladie se caractérise par une accumulation maladive de nombreux déchets et objets divers à son domicile.

"En 2015, 148 arrêtés préfectoraux ont été pris, après signalements, pour mettre fin à ces situations d'incurie dans ces logements, alors qu'il n'y en avait qu'une vingtaine il y a dix ans", explique Pascal Martin, responsable du Service technique de l'habitat de la capitale, cité par le quotidien. 

"La perception de ce syndrome a changé. Avant, les Diogènes étaient perçus comme des personnes malsaines, elles étaient relayées à la rubrique des faits divers et on ne s'en occupait pas. Aujourd'hui, les services sociaux, les professionnels de santé, les pompiers et le grand public connaissent mieux ce phénomène et ont donc plus le réflexe de le signaler. Il y a eu une sorte de prise de conscience", observe-t-il également. 

Le syndrome de Diogène se déclare le plus souvent chez des individus isolés socialement, qui ne prennent plus le soin d’entretenir leur appartement, et dans certains cas, ne veillent plus à leur hygiène corporelle.

>>>> À lire aussi : Le défi de la poubelle : comment dissuader les humains d’inonder la planète de déchets

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !