Paradis bancaires : la Suisse bientôt détrônée par Singapour | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Paradis bancaires : la Suisse bientôt détrônée par Singapour
©

Reine déchue

Paradis bancaires : la Suisse bientôt détrônée par Singapour

En ces temps de contrôle accru, les riches cherchent un endroit plus discret pour placer leur fortune. Singapour possède le secteur bancaire le plus performant et le mieux régulé d'Asie.

Selon une nouvelle étude du groupe de recherche privée bancaire Wealth Insight, la Suisse est sur le point de perdre son statut de destination privilégiée des super-riches pour placer leur fortune au chaud.

Selon le rapport, d'ici 2020, la plupart des milliardaires auront retiré leur argent des banques suisses. L'étude s'intéresse aux mouvements de capitaux entre les bureaux de gestion de patrimoine, et les family offices - des structures permettant à de riches familles de contrôler la gestion de leur patrimoine. Cette industrie d'élite représentait en 02011 19,3 billions de dollars, dont  2,8 billions accueillis en Suisse.

La fortune des élites était donc concentrée en Suisse plus que partout ailleurs. Mais cela est sur le point de changer. En cause : la surveillance accrue des gouvernement face aux centres bancaires privés et autres paradis fiscaux et bancaires traditionnels, tels que le Luxembourg et les caraïbes. Les riches sont donc à la recherches d'endroits plus discrets pour cacher leur argent.

De plus, les nouveaux riches des pays en développement tels que la Chine et l’Indonésie contribuent au changement. La plupart des marchés émergents possèdent un nombre grandissant de personnes riches, mais il leur manque une structure bancaire à mettre à leur service.

Mais Singapour possède le secteur bancaire le plus performant et le mieux régulé d'Asie, ainsi que des activités de banque privée. Singapore-based Portcullis TrustNet, a été mentionné dans un récent rapport de l'International Consortium of Investigative Journalists au sujet de la façon dont les super riches investissent dans les paradis fiscaux avec l'aide de talentueux banquiers privés.

En 2011, Singapour gérait 550 trillions d'actifs bancaires privés, contre seulement 50 trillions en 2000. Et cette croissance rapide ne risque par de ralentir...

Lu sur Business Insider

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !