Pakistan : l'ex-président Musharraf accusé officiellement du meurtre de Benazir Bhutto | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Pakistan : l'ex-président Musharraf accusé officiellement du meurtre de Benazir Bhutto
©

Justice

Pakistan : l'ex-président Musharraf accusé officiellement du meurtre de Benazir Bhutto

La justice pakistanaise a inculpté mardi l'ancien chef d'Etat Pervez Musharraf pour le meurtre de son ancienne rivale politique, assassinée en 2007.

Pervez Musharraf a été formellement accusé par la justice ce mardi du meurtre de Benazir Bhutto, son ancienne rivale politique assassinée en décembre 2007. A la sortie de l'audience, le procureur a précisé à l'AFP que l'ancien chef des armées était désormais "accusé de meurtre, de complot criminel pour meurtre et d'avoir facilité l'assassinat".

Musharraf a nié toutes les charges retenues contre lui après lecture de l'acte d'inculpation. Les accusations restent "sans fondement" pour son avocate : "Nous n'avons pas peur de cette procédure. Nous allons respecter le processus judiciaire".

L'ex-Première ministre et leader du Parti du peuple pakistanais (PPP) Benazir Bhutto a été tuée devant ses partisans le 27 décembre 2007, en pleine campagne pour les élections législatives, au cours d'une attaque armée et d'un attentat suicide. Reportées à février 2008, le scrutin avait finalement été remporté par son parti et son mari Asif Ali Zardari, encore à la tête du pays jusqu'au 8 septembre prochain.

Pervez Musharraf avait accédé au pouvoir en octobre 1999 grâce à un coup d'Etat militaire sans violence. Il est rentré en mars 2013 après quatre ans d'exil dans l'objectif de "sauver" le pays, avant d'être rattrapé par la justice. Lui sont notamment reprochés le meurtre d'un chef rebelle de la province du Baloutchistan et l'instauration de l'état d'urgence en 2007.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !