Otan : le Luxembourg veut un débat sur l'offensive turque en Syrie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Otan : le Luxembourg veut un débat sur l'offensive turque en Syrie
©STRINGER / AFP

Pas content

Otan : le Luxembourg veut un débat sur l'offensive turque en Syrie

""Les kurdes des YPG ont aidé la coalition internationale et les forces américaines, ils ont libéré la ville de Raqa", estime le chef de la diplomatie luxembourgeoise, Jean Asselborn.

L'offensive menée par la Turquie depuis le 20 janvier dans la région d'Afrine, en Syrie, contre les forces kurdes qui ont aidé la coalition internationale dans la lutte contre l'Etat islamiste (EI), n'est pas du goût du Luxembourg, qui demande un débat à ce sujet au sein de l'Otan, dont la Turquie est un Etat membre. "L'Otan est un club où l'on respecte les valeurs démocratiques. Lorsqu'il y a des nuages, il faut un débat", a expliqué à l'AFP le chef de la diplomatie luxembourgeoise, Jean Asselborn, lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères au siège de l'Alliance à Bruxelles.

"Il faut pouvoir parler librement de tout problème qui se passe au sein de l'Otan. Les réunions ministérielles ne sont pas une caisse d'enregistrement des discussions entre les ambassadeurs", estime-t-il, alors que ce sujet a été évité depuis le déclenchement de l'offensive, bien qu'il soit "un facteur de tensions et de préoccupations".

Le ministre luxembourgeois s'inquiète de la décision de la Turquie de poursuivre les opérations militaires pour déloger les forces kurdes du nord de la Syrie après avoir expulsé les Unités de protection du peuple (YPG) de la ville d'Afrine. "Les kurdes des YPG ont aidé la coalition internationale et les forces américaines, ils ont libéré la ville de Raqa. On ne peut pas faire l'amalgame avec des terroristes", a-t-il dénoncé.

Jean Asselborn a assuré avoir reçu le soutien de beaucoup de ses collègues.

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !