Oscar Pistorius fait ses excuses à la barre : "Je me réveille la nuit avec l'odeur du sang" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Oscar Pistorius lors de l'audience
Oscar Pistorius lors de l'audience
©Reuters

Confidences

Oscar Pistorius fait ses excuses à la barre : "Je me réveille la nuit avec l'odeur du sang"

Il prétend toujours l'avoir confondue avec un cambrioleur.

Après avoir été pris de nouveaux vomissements en pleine l'audience, Oscar Pistorius s'est exprimé pour la première fois sur les faits qui lui sont reprochés. Se disant sujet à de nombreux cauchemars, l'athlète a débuté ses déclarations par des excuses adressées à la famille de sa compagne, Reeva Steenkamp, assurant qu'il avait "simplement tenté de la protéger". "Je me réveille tous les matins et ce sont les premières personnes auxquelles je pense. Je ne parviens pas à imaginer la peine, le chagrin et la détresse que j'ai causés à cette famille" a-t-il expliqué. D'une voix ponctuée de trémolos, Oscar Pistorius a démenti avoir abattu la victime de sang froid, et prétend au contraire l'avoir confondue avec un cambrioleur. L'accusation prétend, pour sa part, que la mort de Reeva Steenkamp en février 2013 résulte d'une dispute survenue au sein du couple.

"Sous l'emprise des médicaments" depuis le drame, l'accusé a déclaré "ne pas avoir de mots assez forts" pour exprimer sa peine aux proches de la victime. "Je me réveille la nuit avec l'odeur du sang" a-t-il indiqué. Auditionnée au début du procès, une voisine du couple avait affirmé avoir entendu des coups de feu précédés de terribles cris. Pour expliquer ce témoignage, Oscar Pistorius a tenté de convaincre les juges que les cris entendus au moment du drame étaient en fait les siens, ajoutant qu'il avait alors décidé de tirer à travers la porte de la salle de bain. A l'énumération des blessures de la victime par le médecin légiste, l'accusé est à nouveau tombé en sanglots.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !