OMC : après 8 ans de présidence, Pascal Lamy est remplacé par Roberto Azevedo | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
OMC : après 8 ans de présidence, Pascal Lamy est remplacé par Roberto Azevedo
©

Fin de règne

OMC : après 8 ans de présidence, Pascal Lamy est remplacé par Roberto Azevedo

Pour lui succéder, l'OMC a choisi parmi neuf candidats, la quasi totalité venant des pays en développement.

Voilà, c'est fini. Après huit ans de bons et loyaux services, Pascal Lamy s'en va. Il quitte ce dimanche la présidence de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC). Le Français passe le témoin au Brésilien Roberto Azevedo. "Je vais prendre le temps de réfléchir; le 1er septembre, je serai chez moi en Normandie", a-t-il déclaré cette semaine à la radio suisse romande, qui l’interrogeait sur ses projets. Il a cependant précisé, dans une interview à La Tribune de Genève, qu’il n’avait "pas l’intention de prendre une retraite complète". Ainsi des rumeurs font état de son éventuelle arrivée au gouvernement. A cela Pascal Lamy répond n’avoir "jamais refusé de servir (s)on pays, mais à 66 ans, (il a) passé l’âge de la chasse aux maroquins ministériels".

Durant ses huit années à la tête de l’OMC, il a énormément voyagé, visitant sans relâche les décideurs mondiaux, pour tenter de les convaincre de conclure les négociations de Doha sur la libéralisation du commerce mondial. Concernant son bilan à la tête de l’organisation, Pascal Lamy a fait valoir que l’OMC s’était renforcée sous sa direction car elle participe à présent aux réunions du G20. Le commerce mondial a doublé depuis 8 ans, et l’organisation, véritable gendarme du commerce mondial, n’a cessé d’élargir le cercle de ses Etats membres. Ainsi, l'OMC compte désormais 159 Etats membres, soit 11 de plus qu'au moment où Pascal Lamy a pris la présidence. Parmi les nouveaux arrivants figure notamment la Russie, entrée en 2012.

Quelque 9 candidats se sont présentés pour lui succéder, la quasi totalité venant des pays en développement. A la suite d’un processus long et compliqué de sélection, c’est finalement un Brésilien, Roberto Azevedo, qui a décroché la palme. Ce dernier était auparavant l’ambassadeur du Brésil auprès de l’OMC. Il a déjà choisi sa future équipe, en nommant de nouveaux directeurs généraux adjoints qui prendront leurs fonctions le 1er octobre. Pour la première fois, un poste de directeur général adjoint sera occupé par un Chinois.

Joint par l’AFP, Roberto Azevedo a déclaré qu’il serait à Saint-Pétersbourg (Russie) la semaine prochaine pour le G20. Il devrait aussi présenter son programme d’action le 9 septembre à Genève, devant le Conseil général, l’organe exécutif de l’OMC, qui réunit tous les ambassadeurs des Etats membres. Il n’a cependant pas caché un "certain pessimisme" concernant la relance du cycle des négociations de Doha. "Les négociations n’avancent pas avec la rapidité que nous espérions. Nous sommes dans un moment délicat", a-t-il insisté lors d’une conférence de presse à Brasilia, peu après sa désignation comme futur directeur général de l’OMC.

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !