Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©olivierfaure.fr

En lice

Olivier Faure : "Je suis candidat pour être le premier responsable du PS"

Le chef de file des députés socialistes rejoint donc Luc Carvounas et Stéphane Le Foll dans la course.

Un de plus et pas des moindres. Dans une interview au Monde, le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, Olivier Faure, annonce sa candidature à la tête du parti socialiste. "J’ai fait le choix d’y aller, je n’hésite pas. Je suis déterminé à réussir la refondation, à reconstruire un collectif et une crédibilité en rassemblant les énergies et les talents" explique-t-il. "Nous devons redonner le désir de gauche. Si nous y arrivons, nous serons de nouveau appelés aux responsabilités. Sinon, nous vivrons un lent déclin. Je ne m’y résous pas."

Et selon lui, le renouveau du PS passe par une transformation radicale du parti. "Nous devons tout changer et rompre avec un fonctionnement centré sur le national. Le PS doit devenir un parti plateforme ouvert à tous sans limitation, militants, citoyens, intellectuels et acteurs du mouvement social. Je veux construire un laboratoire collectif, un incubateur d’idées, une fabrique d’expérimentations" assure-t-il.

Olivier Faure rejoint donc Luc Carvounas et Stéphane Le Foll dans la course laissant craindre une nouvelle guerre de personnes. "C’est précisément la raison pour laquelle je suis candidat aujourd’hui. J’ai le sentiment d’être celui qui, président de groupe à l’Assemblée depuis un an, a fait la démonstration qu’il pouvait rassembler et mettre au travail des gens très différents" explique le député.

Concernant l'échec de la présidentielle, il ne souhaite pas l'imputer à François Hollande. "Notre responsabilité est collective. Il y aurait tellement à dire sur les comportements de chacun, sur ceux qui n’ont pas cherché le compromis ni respecté la règle majoritaire, ou qui l’ont fait seulement quand ça les arrangeait. Ceux encore qui ont considéré qu’ils pouvaient être candidats à des primaires et ensuite quitter le PS" tranche-t-il, en référence à Benoît Hamon.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !