Obésité infantile : oui, le niveau d'étude des parents a un impact | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Obésité infantile : oui, le niveau d'étude des parents a un impact
©

Mange ton hamburger !

Obésité infantile : oui, le niveau d'étude des parents a un impact

C'est ce que révèle une étude menée auprès de 15 000 enfants âgés de 2 à 9 ans.

Les enfants dont les parents ont un faible niveau d'étude risquent-ils plus que les autres d'être obèses ? C'est la conclusion qui ressort d'une étude publiée dans la revue Public Health Nutrition et relayée par le site Santé Log. Selon cette étude menée auprès de 14 426 enfants âgés de 2 à 9 ans dans 8 pays européens (Italie, Estonie, Chypre, Belgique, Suède, Hongrie, Allemagne et Espagne), les enfants dont les parents ont un faible niveau d'éducation mangent moins de fruits et de légumes. Ils consomment aussi davantage de produits transformés et de boissons sucrées, souligne Santé Log. Inversement, les parents qui ont un niveau d'étude élevé proposent une alimentation plus saine et plus variée à leurs enfants.

Selon l'OMS, 40 millions d'enfants de moins de 5 ans sont en surpoids dans le monde. En France, 1 enfant sur 5 est en surcharge pondérale, 3,5% sont obèses et 14,3% sont en surpoids, rappelle le site Femme Actuelle. L’obésité infantile a doublé en 10 ans. Bonne nouvelle toutefois : selon une enquête de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), surpoids et obésité auraient reculé de 16% entre 2000 et 2006 chez les 5-6 ans, souligne de son côté L'Express. Mais les spécialistes restent prudents : ce n’est pas le moment de relâcher les efforts.

Lu sur Santé Log

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !