Obama cajole New York (pour financer sa campagne) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Obama cajole New York
(pour financer sa campagne)
©

I <3 New York

Obama cajole New York (pour financer sa campagne)

Le président a courtisé Wall Street et l'électorat gay pour faire revenir les donateurs de New York vers le parti démocrate.

Opération calinothérapie pour Barack Obama. Alors que les riches donateurs de Wall Street ne lui pardonnent pas tous sa réforme du système financier, et menacent de signer des chèques aux candidats républicains, le président américain a voulu les rassurer au cours d'un dîner en fin de semaine dernière.

Devant 70 invités triés sur le volet - ils avaient signé un chèque de 35 800 dollars - le président a détaillé ce que pourraient être les grands axes de sa campagne. Il s'est assuré une salve d'applaudissements en évoquant les retrait des troupes américaines en Afghanistan, et il a dénoncé la volonté des républicains de réduire l'importance de l'administration fédérale. Malgré sa fâcherie avec le monde financier, de nombreux banquiers de premier plan étaient présents, comme le PDG de la banque d'investissement UBS.

Barack Obama est ensuite allé s'adresser à des militants de la communauté homosexuelle, devant lesquels il a joué sur les mots. Tout en refusant de se dire pour le mariage homosexuel, il a reconnu que sa légalisation dans l'Etat de New York était "exactement ce que les démocraties étaient censées faire". Il a aussi estimé que "les couples homosexuels méritaient les mêmes droits que n'importe quel autre couple du pays". 

Lu sur Business Week

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !