Nucléaire : le premier EPR de la planète mis en service en Chine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Nucléaire : le premier EPR de la planète mis en service en Chine
©

Technologie

Nucléaire : le premier EPR de la planète mis en service en Chine

Le réacteur de Taishan a été déclaré "apte" pour démarrer son exploitation commerciale et a été mis en service, ont annoncé vendredi EDF et son partenaire chinois.

L'EPR (réacteur pressurisé européen) n'est pas une chimère. Pour la première fois, un de ces réacteurs nucléaires de troisième génération a été mis en service, en Chine. Raccordé au réseau le 29 juin, il a été déclaré opérationnel après une série de tests et a été mis en service le jeudi 13 décembre, ont annoncé vendredi EDF et son partenaire chinois, China General Nuclear Power Group (CGN).

CGN détient 51 % de ce joint-venture, EDF 30 % et Guangdong Yudean, un électricien régional, 19 %. Ce réacteur est le plus puissant du monde avec une puissance de 1.750 MW, de quoi fournir  12 terrawatts/heure d’électricité par an, soit la consommation de 2,5 millions de Chinois. Le deuxième réacteur EPR de Taishan, qui est en cours d’achèvement, doit entrer en service l’an prochain : au total, la centrale fournira donc à 24 TWh d’électricité sans CO2 par an.

"Aboutissement de trente-cinq ans de coopération sino-française, Taishan montre la maturité de la technologie EPR. C’est une promesse d’avenir pour l’industrie nucléaire" des deux pays, a déclaré Fabrice Fourcade, délégué général d’EDF en Chine.

Lance en 2009, l'EPR chinois a été livré avec 4 ans de retard, mais est le premier à fonctionner, alors que les EPR finlandais et français, ont vu leur construction débuter plus tôt (2007 pour celui de Flamanville). "Taishan a profité du retour d’expérience de Flamanville [Manche] et avec deux ou trois nouveaux réacteurs nucléaires par an, la Chine bénéficie de la maturité de ce marché, comme la France il y a vingt ou trente ans", a justifié Fabrice Fourcade.

Guo Limin, président du joint-venture, estime que grâce à l’expérience de Taishan-1, "on peut encore diminuer les coûts de construction pour renforcer la compétitivité du nucléaire. On peut travailler ensemble, avec EDF, pour conquérir de nouveaux marchés à l’international".

Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !