Nucléaire : "je n’ai pas dit qu’il fallait fermer 17 réacteurs" assure Nicolas Hulot | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nucléaire : "je n’ai pas dit qu’il fallait fermer 17 réacteurs" assure Nicolas Hulot
©

Mais non!

Nucléaire : "je n’ai pas dit qu’il fallait fermer 17 réacteurs" assure Nicolas Hulot

Dans Ouest-France, le ministre de la transition écologique est revenu sur les sujets sensibles de son ministère.

Nicolas Hulot tente de trouver sa place. Dans un gouvernement qui se veut "pragmatique", le ministre tente de trouver le bon équilibre, notamment pour réduire de 50% d'ici 2025 la part du nucléaire dans l'énergie. "Arriver à cet objectif en 2025 est un véritable défi, qui peut sembler insurmontable. Le sujet est tellement sensible que tout le monde l’a enfoui. On a déjà perdu des années précieuses. Je ne veux pas de mystification" assure le ministre dans Ouest-France. Il est notamment revenu sur la fermeture de 17 centrales. "Soyons clairs, je n’ai pas dit qu’il fallait fermer 17 réacteurs. J’ai juste rappelé que, pour appliquer la loi, certains scénarios prévoient qu’on en ferme 17, voire plus. Or jusque-là tout le monde a fermé les yeux là-dessus" souligne Nicolas Hulot.

Le ministre s'est aussi exprimé sur le projet de Notre-Dame-des-Landes. "Tout le monde connaît mon opinion là-dessus, je n’ai jamais été convaincu par l’utilité du projet" avance-t-il. "Maintenant, le dossier est dans les mains des médiateurs, pour vérifier que tous les scénarios ont été étudiés. La décision se fera de façon impartiale (…) Très sincèrement, personne n’est malhonnête dans ce dossier mais tout le monde n’a pas la même grille de lecture (…) Il y a des besoins avérés pour absorber le trafic mais on a été au plus facile, tout n’a pas été étudié."

Lu sur Ouest France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !