Nucléaire : des tests complémentaires seront menés sur la cuve de l'EPR de Flamanville | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
l'EPR de Flamanville ne sera pas opérationnel avant 2017.
l'EPR de Flamanville ne sera pas opérationnel avant 2017.
©Reuters

Défaillance

Nucléaire : des tests complémentaires seront menés sur la cuve de l'EPR de Flamanville

En novembre 2014, EDF avait déjà annoncé que le chantier de l'EPR (réacteur pressurisé européen) de Flamanville avait souffert de plusieurs imprévus.

Selon une information publiée mercredi 13 avril par Le Figaro, EDF et Areva doivent annoncer ce mercredi soir que des tests complémentaires seront menés à Flamanville pour évaluer la "résistance d’un composant clé de la future centrale nucléaire française". 

"Dans l’entourage des entreprises, cette étape ne doit toutefois pas remettre en cause le planning du chantier qui a été revu en septembre 2015. Elles se montrent également confiantes sur leur capacité à prouver que la cuve est bien conforme aux exigences de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Il n’empêche, l’annonce officielle de tests complémentaires sur la cuve va faire croître l’inquiétude au sujet de l’aboutissement du chantier. D’ailleurs, l’ASN a déjà demandé à EDF de prévoir des scénarios alternatifs susceptibles de pallier des insuffisances jugées définitives de la cuve", explique également Le Figaro. 

En novembre 2014, EDF avait annoncé que le chantier de l'EPR (réacteur pressurisé européen) de Flamanville avait souffert de plusieurs imprévus, et que le "démarrage de l'installation était désormais prévu en 2017 ".

Le groupe avait expliqué ce nouveau retard par les problèmes de livraison de certains éléments rencontrés par le groupe Areva. A l'ouverture du chantier en 2007, le démarrage du réacteur était initialement prévu pour l'année 2012, avant que le groupe EDF n'annonce un retard de quatre ans. 

 

 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !