NSA : Microsoft aurait fourni en avant première des informations sur les failles de ses logiciels, permettant aux services secrets de les exploiter comme arme de cyberguerre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
NSA : Microsoft aurait fourni en avant première des informations sur les failles de ses logiciels, permettant aux services secrets de les exploiter comme arme de cyberguerre
©

Zélé

NSA : Microsoft aurait fourni en avant première des informations sur les failles de ses logiciels, permettant aux services secrets de les exploiter comme arme de cyberguerre

Selon Bloomberg, Microsoft aurait fourni à la NSA des données concernant les failles informatiques de ses propres logiciels, permettant ainsi à l'administration américaine d'exploiter les vulnérabilités de ces logiciels vendus dans le monde entier pour attaquer leurs ennemis.

Les services de renseignement américains ont travaillé avec des "milliers" d'entreprises dans différents secteurs clés pour obtenir des données privées de leurs clients, rappelle le site du National Journal (toute l'affaire expliquée ici par Atlantico). Une affaire rapidement appelée "scandale de la NSA", du nom de l'agence américaine d'espionnage, National Security Agency.

Selon Bloomberg, au moins une de ces entreprises, Microsoft, a fourni aux renseignements des données concernant les failles informatiques de ces propres logiciels avec un correctif. Ce qui permettrait au gouvernement américain d'exploiter les vulnérabilités des logiciels vendus par Microsoft aux gouvernements du monde entier. Libre à Washington, ensuite, d'utiliser cette fenêtre de tir comme arme de cyberguerre, en protégeant ses ordinateurs ou bien en infiltrant les appareils d'ennemis. Toujours d'après Bloomberg, l'entreprise de Bill Gates ne sait pas - et ne demande pas - comment ces informations sont exploitées exactement.

Les entreprises fournissant volontairement ces données "sont motivés par leur volonté d’aider à la défense nationale mais aussi dans l’intérêt de leur propre entreprise", ont confié des sources à Bloomberg. "La plupart de ces données sont si sensibles que seule une poignée de personne dans les sociétés sont au courant et elles négocient parfois directement avec les responsables d’agences de renseignement américaines", ont-elles ajouté.

Lu sur National Journal

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !