NSA : le FBI lance une enquête contre Edward Snowden | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
NSA : le FBI lance une enquête contre Edward Snowden
©

Enquête pénale

NSA : le FBI lance une enquête contre Edward Snowden

Une enquête pénale a été lancée à l’encontre d’Edward Snowden, l’ancien sous-traitant de la NSA, l’agence américaine d’espionnage, au cœur d’un scandale d’écoutes et de surveillance d’internet.

C’est par la voix de son directeur, Robert Mueller, qui s’exprimait devant la Chambre des représentants américaine, que le FBI a confirmé avoir lancé une enquête pénale contre Edward Snowden. « Ces fuites ont causé des dommages importants à notre pays et à notre sécurité. Nous prenons toutes les mesures nécessaires pour que cette personne soit tenue responsable pour ces fuites ».

C’est par cet ex-salarié de la NSA (National Security Agency), une agence d’espionnage basée aux Etats-Unis, que sont arrivées les révélations d’écoutes téléphoniques et de surveillance d’internet. Or, le directeur du FBI défend et justifie l’existence du travail de la NSA, à l’instar du général Keith Alexander, le chef de l’agence.

Robert Mueller a indiqué que si le programme de récolte des données téléphoniques aux Etats-Unis avait été mis en place avant 2006, l’un des participants aux attentats du 11 septembre 2001 aurait été fait prisonnier.

Là encore, tout comme le général Alexander, le directeur du Bureau fédéral d’investigation reconnait « que le public américain attend du FBI et de ses partenaires des agences de renseignements que nous protégions la vie privée tout en conduisant nos missions relatives à la sécurité nationale. La cour Fisa a approuvé ces deux programmes, et ces programmes ont été menés en respect du droit américain ».

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !