NSA : elle a aussi piraté des ordinateurs non connectés à Internet | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
NSA : elle a aussi piraté des ordinateurs non connectés à Internet
©

De mieux en mieux

NSA : elle a aussi piraté des ordinateurs non connectés à Internet

Le New York Times assure que l'agence de sécurité procédait grâce à un système d'ondes radio.

Aura-t-on un jour le fin mot de cette histoire ? Allons-nous savoir tout ce que la NSA a réellement fait ? Chaque semaine amène son lot de révélations sur cette affaire qui passionne la planète entière. Mercredi soir, le New York Times indiquait que la NSA a pu et peut toujours pénétrer des ordinateurs qui ne sont pas connectés à Internet. Et le journal apporte des détails. Grâce à un système d'ondes radio, l'Agence de sécurité nationale américaine peut entrer dans ces ordinateurs.

100 000 ordinateurs dans le monde auraient été piratés. "Dans la plupart des cas, ce logiciel est implanté en accédant aux réseaux informatiques", indique le TimesMais "la NSA a de plus en plus souvent recours à une technologie secrète qui lui permet d'entrer dans des ordinateurs et d'y endommager des données même s'ils ne sont pas connectés à Internet" poursuit le journal. "Dans la plupart des cas, le système émettant les ondes radio doit être physiquement installé par un espion, un fabricant ou un utilisateur qui ne s'en douterait pas" précise la source. 

Ces révélations interviennent quelques heures avant le discours de Barack Obama sur la réforme du système américain de surveillance des communications. Selon le Times, qui cite des sources proches du dossier, Barack Obama ne devrait pas vendredi "suivre les recommandations les plus radicales de ses conseillers" et demandera au Congrès de se prononcer sur les questions les plus difficiles.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !