Noyades en série : Manuel Valls balaie la polémique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Noyades en série : Manuel Valls balaie la polémique
©

Non, non et non

Noyades en série : Manuel Valls balaie la polémique

Le ministre de l'Intérieur a rejeté lundi les critiques du syndicat policier Alliance à propos de l'insuffisance de policiers sauveteurs sur les plages.

Même durant les vacances, Manuel Valls reste l'un des ministres les plus exposés. Et les récentes noyades dans plusieurs départements en France, lui ont donné la (triste) occasion de s'exprimer et surtout de faire taire le début de polémique. En effet, le ministre de l'Intérieur a rejeté lundi les critiques du syndicat policier Alliance à propos de l'insuffisance de policiers sauveteurs sur les plages, dans un entretien au quotidien Nice-Matin publié sur internet.

"Alliance a fait un lien pour le moins hasardeux, suggérant que les noyades découlent d'un manque d'effectifs policiers", a indiqué Valls. "Une polémique sur un sujet aussi dramatique est franchement déplacée" a-t-il ajouté. Ce mardi à Cannes, Manuel Valls doit effectuer une visite du dispositif de surveillance des plages. Il a indiqué au préalable qu'il avait "maintenu" le nombre de maîtres nageurs sauveteurs (MNS) issus des rangs des CRS au même niveau que les années précédentes, soit 470 policiers. "Nous remplaçons tous les départs en retraite et créons 500 postes en plus tous les ans et les CRS avec la Sécurité publique sont prioritaires", a encore précisé le ministre.

Le ministère de l'Intérieur avait lancé dimanche un appel "à la plus grande prudence et au sens des responsabilités de chacun", alors que 91 personnes se sont noyées depuis le début du mois de juillet, dont 37 sur le littoral.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !