Banlieues : nouvelles nuits de violence dans le Val-d'Oise | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Banlieues : nouvelles nuits de violence dans le Val-d'Oise
©DR

France

Banlieues : nouvelles nuits de violence dans le Val-d'Oise

Si le calme était revenu dans la nuit de dimanche à lundi, il y a eu plusieurs affrontements depuis le décès, mardi, d'un jeune d'origine malienne.

Les violences se sont enchaînées à Beaumont-sur-Oise et dans les communes voisines de Bruyères-sur-Oise et de Persan, dans le Val-d'Oise, depuis le décès d'un jeune do'rigine malienne lors de son interpellation par les forces de l'ordre. Le calme ne serait revenu que dans la nuit de dimanche à lundi. "La nuit a été très calme, sans aucun incident significatif", a déclaré ce lundi matin Jean-Simon Mérandat, directeur du cabinet du préfet du Val-d'Oise. 

La situation a évidemment fait penser aux émeutes des Banlieues de 2005 qui ont suivi le décès d'un jeune à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Dans le Val-d'Oise, il y a eu de nombreuses violences, avec des tirs de mortiers artisanaux, de chevrotines, des véhicules et poubelles brûlés, et des tentatives d'incendies. Le dispositif de sécurité à Beaumont-sur-Oise a été porté à 260 gendarmes et policiers. 

Si le premier examen du jeune homme décédé, Adama Traoré, par le médecin légiste, a conclu à une absence de "trace de violence significative", sa famille a évoqué une "bavure" et un accès tardif au corps, et déposé une demande de "contre-autopsie". Le parquet de Pontoise a ouvert une enquête, confiée à l'Ispection générale de la Gendarmerie nationale, et le Défenseur des droits a ouvert sa propre enquête. Une marche blanche a eu lieu vendredi, rassemblant plusieurs milliers de personnes.

A RELIRE : SOS Banlieues : 10 ans après les émeutes et 9 mois après "l'apartheid social" dénoncé par Valls, quel bilan pour les quartiers en difficulté ?

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !