Nouvelles menaces contre Charlie Hebdo | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Nouvelles menaces contre Charlie Hebdo
©DR

Scandaleux

Nouvelles menaces contre Charlie Hebdo

Depuis mercredi, le journal satirique Charlie Hebdo est de nouveau violemment attaqué et menacé sur les réseaux sociaux pour sa Une sur l'islamologue Tariq Ramadan.

"J'espère que vous allez encore mourir !", "…venez pas pleurer quand y'aura vos corps en morceaux"… Des messages comme ceux-ci on en compte des dizaines, voire des centaines sur les réseaux sociaux depuis mercredi et la sortie de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo. Ce dernier a fait sa Une du 1er novembre avec une caricature de Tariq Ramadan. On y voit l'islamologue, accusé par plusieurs femmes de viol, représenté avec un immense sexe en érection qui déclare "Je suis le 6e pilier de l'islam" accompagné d'une étiquette "viol".


 

Il n'en fallait pas plus pour que des torrents de violence se déchaînent contre l'hebdomadaire satirique, beaucoup de réactions provenant de membres de la communauté musulmane qui y voient un affront contre l'islam. Pour beaucoup, l'hebdomadaire fait de l'islam une obsession alors qu'entre 2005 et 2015 seulement 38 unes sur 523 mettaient la religion en première place. Seulement sept concernaient l'islam et 21 le christianisme (source : Le Monde).

Dans cette nouvelle caricature, ce n'est pourtant pas l'islam qui est visé mais l'islamologue. Pour le rappeler, de nombreux internautes se sont eux aussi mobilisés et les messages de soutien au journal et aux membres de la rédaction de Charlie Hebdo fleurissent également sur les réseaux sociaux.

Enfin, la provocation au terrorisme sur internet est un délit pour lequel les concernés encourent sept ans de prison et 100 000 euros d'amende.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !