Nouvelles accusations de harcèlement au sein du studio français de jeu vidéo Ubisoft : cette fois à Singapour | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Jeu vidéo
Jeu vidéo
©NICOLAS ASFOURI / AFP

MeToo

Nouvelles accusations de harcèlement au sein du studio français de jeu vidéo Ubisoft : cette fois à Singapour

L'année dernière des cadres de la filiale canadienne accusés de harcèlement avaient du quitter Ubisoft

Le studio Ubisoft de Singapour fait l'objet d'une enquête sur des allégations de harcèlement sexuel et discrimination raciale, a annoncé le régulateur local, au sujet d'une nouvelle affaire qui touche le géant français des jeux vidéo signale Le Figaro.

A Singapour, où 500 salariés travailleraient pour Ubisoft, deux femmes ont témoigné de contacts physiques et de commentaires inappropriés tandis qu'un autre salarié s'est plaint d'«un fossé insensé des salaires entre locaux et expatriés».

Ceci alors que le syndicat Solidaires Informatique a déposé une plainte contre le groupe Ubisoft le 15 juillet pour harcèlement sexuel institutionnel, à laquelle s’ajoutent des plaintes individuelles contre plusieurs cadres.

Sans oublier que l'entreprise à l'origine des jeux Assassin's Creed ou Far Cry avait été éclaboussée l'an dernier par des révélations sur le comportement sexiste et violent de plusieurs de ses cadres dans la filiale canadienne. Serge Hascoët, l’ex-directeur créatif d’Ubisoft, numéro deux du groupe, avait du partir, comme Cécile Cornet, la directrice des ressources humaines, accusée d'avoir fermé les yeux.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !