Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Une chaîne humaine est prévue à 14 h pour dire non à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes
©Reuters

Manifestation

Notre-Dame-des-Landes : une chaîne humaine géante contre le futur aéroport

La préfecture de Loire-Atlantique estime que près de 5 000 personnes ont déjà commencé à converger ce samedi vers le site où doivent être construites les futures pistes et l'aérogare.

C'est une démonstration de force que tentent de faire les opposants au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. En effet, plusieurs milliers de personnes, au moins 5 000 samedi à midi selon une estimation de la préfecture de Loire-Atlantique, se sont déjà rendus sur place. Ils devraient constituer à partir de 14h00 une chaîne humaine géante contre le futur aéroport, a constaté l'AFP. Venus en voiture, en covoiturage, en vélo pour certains nantais, bretons ou vendéens, ou même à pied, les manifestants, par endroit en groupes denses, commençaient à se disposer en fin de matinée tout au long des 25 km du tracé retenu.

Ce tracé encercle entièrement le site où doivent être construites les deux pistes et l'aérogare prévus dans le projet de transfert de l'aéroport de Nantes vers Notre-Dame-des-Landes. Des opposants se réclamant pour la plupart des plus de 200 comités anti Notre-Dames-des-Landes de toute la France. Parmi les manifestants, il y a aussi des représentants de partis politique comme le NPA ou Europe-Écologie-Les Verts (EELV) et le Parti de Gauche.

 

 

"Le projet n'est pas abandonné : ce que nous voulons c'est l'arrêt de ce projet", a souligné sur place l'ancienne candidate à la présidentielle d'EELV Eva Joly. "Nous avons bien conscience que les porteurs du projet n'ont pas intention d'abandonner et que leur stratégie est l'enlisement", a pour sa part souligné une des opposantes historiques, Françoise Verchère, conseillère générale (Parti de gauche) et présidente du Cedpa (élus doutant de la pertinence de l'aéroport). Cependant, même avec un tel déploiement il n'est pas certain que les manifestants soient entendus...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !